[Bilan 14-15] Pierre Bernard

On passe à présent, au niveau des bilans, au poste de demi d’ouverture. Voici le bilan de la saison 2014-2015 de Pierre Bernard… Notre joueur a livré une saison pleine, étant à deux doigts d’être sélectionné en équipe de France.

 

 

Un poste particulier

C’est un peu comme le poste de gardien au football, celui d’ouvreur est un peu particulier. On aime d’ailleurs dire que peu de gens peuvent le comprendre, et il est vrai qu’à ce poste, l’exigence est encore plus au rendez-vous. Car oui, l’ouvreur doit tout faire : attaquer, défendre, se montrer juste et dans le tempo à la main, et décisif au pied. Le jeu au pied de Pierre Bernard n’a jamais été décrié depuis son arrivée à Bordeaux en 2013 en provenance de Castres, contrairement peut-être au fait de n’avoir pas encore inscrit d’essai. Là aussi cette saison, un cap sera franchi puisqu’il inscrivit quatre essais, toutes compétitions confondues. A un poste où l’on demande d’être encore et toujours plus complet, Pierre s’est amélioré en défense, et s’est aussi montré décisif en aplatissant derrière la ligne d’en-but. Cela dit, c’est bien au pied qu’il sera principalement jugé. On se rappelle notamment de ce coup de patte de 55 mètres qui redonne l’avantage à son équipe, alors menée 13-14. Et bien sur ce magnifique drop, bien préparé et plein de sang-froid à Gloucester, qui qualifie son équipe pour le Champions Cup la saison prochaine… Cela dit, Pierre connut un petit passage à vide, bien comblé par Lionel Beauxis.

 

France, je t’aime moi non plus

Cette petite baisse de régime est certainement due – en partie – à la déception de ne pas être rentré sur le terrain avec le XV de France. Appelé à plusieurs reprises avec les Bleus, Pierre faisait office de troisième joueur à son poste et malheureusement, il n’est pas entré en jeu afin de fêter sa première sélection. Il connut aussi deux déceptions avec la sélection et notamment cette blessure au ménisque contractée juste avant un stage en février, puis le fait de ne pas figurer dans cette liste pour la Coupe du Monde. C’est Vincent Etcheto qui en parla le premier, en son nom, et il est vrai que tant de travail non récompensé par quelques minutes de jeu a dû peser mentalement. « Qui a un profil vraiment supérieur au sien ? » s’exclama le désormais ex entraineur des arrières de l’UBB. Et, clairement, sans chauvinisme, il avait raison. Après un petit temps de réflexion et d’analyse sur lui-même, le principal intéressé parla de “fatigue” pour expliquer ce coup de moins bien et rappela en fin de saison qu’on « est obligé dans l’année d’avoir des coups de moins bien ». C’est ce qui fait que ce sport est beau car nos joueurs sont avant tout des hommes, et non des machines. De toute façon, la meilleure réponse fut certainement ce dernier drop de la saison… C’est en tout cas par le terrain que Pierre a répondu aux quelques critiques s’abattant sur lui à ce moment de la saison.

 

Une prolongation et un départ

La presse se délectait de savoir si Pierre, arrivant en fin de contrat à l’issue de la saison 2014-2015, allait prolonger avec l’UBB. Ce sera le cas, pour deux saisons, rassurant ainsi les supporters et les dirigeants tant son ascension fut importante. S’il n’était pas sur de l’issue de la fin de saison, il espérait au minimum en prolongeant pouvoir jouer la Champions Cup, ce sera le cas ; « On a été assez paradoxal sur l’ensemble de la saison […] On a fait mieux que la saison dernière, j’en garde une note positive. La Champions Cup est une forme d’aboutissement ». Malheureusement, ce sera sans Vincent Etcheto les deux prochaines années. L’on sait que Vincent était proche de ses joueurs, mais tout particulièrement de Pierre qu’il chouchoutait tout en étant rigoureux et strict, afin de la pousser au maximum, comme ce fut déjà le cas avec Camille Lopez par exemple. Notre ouvreur s’exprimait sur Vincent au cours de la saison ; « Il est très complice avec nous, très proche. Avec lui, c’est un échange permanent et il essaie toujours de nous mettre en confiance. Il est incroyable. J’ai rarement connu quelqu’un d’aussi passionné que lui. Surtout, il a joué à ce poste et m’a beaucoup apporté en sérénité. En une saison, j’ai beaucoup muri dans le jeu ». Espérons qu’à présent ce soit Emile Natamack qui prenne le relai et fasse en sorte que Pierre puisse continuer sa progression.

 

 

Joie Pierre Bernard - 31.05.2015 - Gloucester / Bordeaux Begles - Match de Barrages Champions Cup Photo : Cook /  Camera / Icon Sport

 

 

Ses statistiques

(pour ces statistiques, nous utiliserons celles de itsrugby car celles de la LFP sont complètement fausses ; voir ICI)

Top14

22 matches joués dont 16 en tant que titulaire

1262 minutes jouées

2 essais inscrits

55 pénalités réussies

4 drops réussis

26 transformations réussies

239 points marqués

1 carton jaune reçu

 

Challenge Cup

5 matches joués dont 2 en tant que titulaire

187 minutes de jeu

2 essais inscrits

1 pénalité réussie

9 transformations réussies

31 points marqués

 

Barrage Champions Cup

1 match joué en tant que titulaire

80 minutes de jeu

2 pénalités réussies

1 drop réussi

2 transformations réussies

 

 

Sa galerie photos