Olivier Brouzet : « C’est vrai qu’on a un peu souffert cette année »