Laurent Marti : « On se dit que même si on recrute bien, que l’on a Christophe Urios qui arrive, on sera quand même 11 pour 6 places »