Laurent Marti : “Il fallait faire évoluer le groupe sur le plan de la qualité. Ça a été fait, mais ça a un prix que je connaissais”

 

Interrogé dans les colonnes de Sud-Ouest, le président de l’UBB, Laurent Marti, est revenu sur l’ampleur du déficit du club pour cette saison, qu’il va devoir combler : “C’est un déficit très important et indécent au vu de ma richesse personnelle. Je ne veux pas communiquer de chiffre. Je le savais. Il y a un an, on sortait de deux saisons très moyennes. Il fallait faire évoluer le groupe sur le plan de la qualité. Ça a été fait, mais ça a un prix que je connaissais. Si tu fais une super saison, tu sais que l’argent rentre. C’est ce qui est arrivé au Stade Toulousain : en étant champion, ils ont résolu beaucoup de leurs problèmes. Mais on ne maîtrise pas l’aléa sportif. Jusqu’à quatre journées de la fin, on a touché du doigt cette réussite. Même si on finit sixième ou cinquième, je pourrais être tenté de dire que je ne peux plus suivre, je vais baisser la voilure. Quelle histoire vais-je alors raconter aux gens ? Si on baisse la masse salariale de 20 %, on va se retrouver avec les trois équipes qui jouent le maintien. On créerait une équipe susceptible de redescendre en Pro D2, tout en perdant autant d’argent parce qu’on aurait moins de recettes“.