Christophe Urios : « Cela rend quand même des semaines, en termes d’infos, de travail et d’engagement, plutôt copieuses »